Partenariat Afrique-France-Chine – entretien avec les co-fondatrices de la Chambre Internationale de Commerce Africaine

Pour son lancement, la CICA – Chambre Internationale de Commerce Africaine –a organisé début mars 2 journées à l’Assemblée Nationale sur le thème « Partenariat Afrique-France-Chine : pari gagnant pour le développement de l’Afrique ? ». Rencontre avec les deux co-fondatrices, Julie Owono et Alcuin Coursier.

400dpiLogo re-Cropped

 

Pourquoi ce thème ?

Julie Owono :

2cf6612

Ces partenariats existent déjà mais ils doivent évoluer dans deux directions :

  1. Ils impliquent surtout des gouvernements et des grands groupes. Il faut les élargir aux PMEs, et l’un des rôles de la CICA sera de rendre ces partenariats accessibles en organisant des rencontres à taille humaine.
  2. Il faut aussi que les Africains redéfinissent leur rôle dans ces partenariats, et ne soient plus seulement « consommateurs ».

Alcuin (谢群) Coursier :

2441bea

Nous avons réunis des intervenants d’horizons variés pour illustrer tous les domaines dans lesquels le tripartisme est possible et souhaitable :

  • Par exemple, dans l’éducation, Laurent PEREZ, le Directeur du développement européen et international du CNAM, a montré la richesse des échanges « sud-nord-sud » ;
  • Dans les services financiers, Karim ZINE-EDDINE, le Directeur des Etudes et des relations avec l’Afrique à PARIS EUROPLACE a souligné le rôle que la France peut jouer dans l’internationalisation du RMB chinois en offrant des services de paiement Rmb aux acteurs financiers d’Europe et d’Afrique, compte tenu de la forte présence des banques françaises sur les marchés africains.

Pendant la conférence, vous avez dit que les offres de produits et services de la Chine et de la France en Afrique étaient complémentaires, à quoi pensiez-vous ?

Alcuin Coursier : prenons par exemple un projet d’aménagement du territoire :

  • La France peut apporter son expertise en gestion territoriale, en traitement des eaux,
  • La Chine, des biens d’équipement et mener la construction des infrastructures,
  • L’Afrique, une jeunesse bien formée qui jouera un rôle déterminant par sa connaissance du terrain.

Vous avez dit que le continent semble faire peur aux PME françaises. Pourquoi ?

Julie Owono : Il y a d’abord un problème de perception. Le continent a mauvaise presse, les médias ne l’abordent qu’à travers les guerres, l’instabilité… Les choses changent progressivement, notamment avec des sources dédiées comme « Le Monde Afrique », mais c’est dur à casser. Et il faut bien dire que les gouvernements locaux ne savent pas toujours très bien communiquer !

Il y a ensuite une incertitude sur la taille du marché. Tout le monde sait que la classe moyenne africaine est en pleine expansion, mais comment la chiffrer ? Le rapport 2014 des Nations Unies sur « l’état des villes africaines » parle d’une « classe flottante ». Cependant la croissance de la demande est indiscutable, dans des domaines comme la santé et l’énergie par exemple.

Elles peuvent aussi avoir peur de la concurrence chinoise…

Alcuin Coursier : Encore un cliché ! Comme l’a dit Jean Jacques GABAS, chercheur au CIRAD, pendant notre table ronde sur l’agriculture et l’alimentation, le cliché ne résiste pas à l’examen des chiffres. Il parlait des achats de terres agricoles, mais il en va de même pour les entreprises: Le Monde soulignant récemment que  « 3 % seulement du total des investissements directs étrangers en Afrique sont chinois ». C’est surtout l’Etat qui est présent à travers des grands travaux d’infrastructure.

En fait, les entreprises chinoises ne sont pas toujours rassurées non plus, et elles se sentent même désavantagées par rapport à leurs concurrents français qui, pour elles, connaissent mieux l’Afrique !

Comment résumer les opportunités qu’offre l’Afrique aujourd’hui ?

Julie Owono : Le monde semble être dans l’impasse avec les modèles de croissance qu’ont choisis l’Europe puis les pays émergents. L’Afrique pourrait créer un nouveau modèle de développement.

Alcuin Coursier : Et pour les entreprises, l’Afrique est le terrain rêvé pour mener des « Stratégies Océan Bleu ». Elle offre un espace de croissance en répondant à une demande non satisfaite dans les domaines de l’énergie, l’eau, la santé, l’éducation, la communication, l’agro-alimentaire…

Et quel sera le rôle de la CICA ?

Alcuin Coursier : Ce sera favoriser des partenariats à taille humaine, qui aideront à mettre en place de stratégies d’entreprise, à garantir la sécurité juridique et une concurrence loyale et à promouvoir le développement durable.

Photo CICA 2.png

Photo: Joanes LOUIS, co-fondateur de la CICA – Alcuin COURSIER – GAO Yuanyuan, Ministre Conseiller Economique et Commercial, Ambassade de Chine  – Julie OWONO – Thierry PAIRAULT, Directeur de recherche émérite (CNRS – École des Hautes Études en Sciences Sociales) © CICA-France

Pour plus d’informations, http://www.cica-info.org/

One thought on “Partenariat Afrique-France-Chine – entretien avec les co-fondatrices de la Chambre Internationale de Commerce Africaine

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s